L’artémisine : une plante anti paludéenne avec des propriétés anti-tumorales

Boutique Biologiquement.com
[Total : 3    Moyenne : 3/5]

Déjà reconnue depuis plus de 2 000 ans par la médecine chinoise traditionnelle comme un remède puissant contre la fièvre et, depuis peu, contre la malaria, l’armoise annuelle Artemisia Annua bio, est une plante aromatique aux qualités médicinales sans équivoque.

Récemment des études visant à utiliser la plante pour combattre les cellules cancéreuses se sont avérées très surprenantes.

Est-ce un hasard si, à la charnière entre le 2° et le 3° Millénaire, on découvre que l’Armoise annuelle bio, et possiblement d’autres Armoises, possèdent des propriétés anticancéreuses.
Ainsi, la Dihydroartémisinine a, in vitro, une cytotoxicité sur les cellules d’un cancer du sein radio-résistant, qui est exacerbée en présence d’ion ferreux. Ces cellules cancéreuses préalablement incubée en présence d’Holotransferrine deviennent beaucoup plus sensibles à l’action des dérivés d’Artémisinine (SINGH, 2001).
Cette Dihydroartémisinine entrave aussi la prolifération de cellules leucémiques lymphoblastoïdes humaines (Molt 4), chez qui elle induisent l’apoptose, c’est-à-dire la mort cellulaire. Celle-ci est encore accentuée, si les cellules ont été enrichies en Holotransferrine (SINGH, 2004).
En fait, il a été découvert que l’Artémisinine et ses dérivés comportent un « pont endoperoxyde » qui est activé par le fer de l’hème du Plasmodium falciparum. D’une façon similaire, l’Artémisinine et ses dérivés vont cibler d’avantage les cellules cancéreuses dont beaucoup possèdent en surnombre des récepteurs à la transferrine à leur surface et une charge en ion ferreux plus importante (NAKASE, 2008).

La même expérience a été reproduite quelques années plus tard : l’Artémisinine inhibe la croissance et la viabilité de cellules cancéreuses, cette fois d’hépatocarcinome, et favorise leur apoptose ; action potentialisée par la combinaison à l’Holotransferrine (DENG, 2013).

En 2009, des chercheurs napolitains montraient que l’Artémisinine, in vitro, inhibe la croissance de plusieurs lignées cellulaires de mélanome, et leur viabilité ; mais surtout elle entrave leur capacité migratoire, en réduisant la métalloprotéine matricielle 2 (MMP 2) qui est une enzyme protéase impliquée dans le processus métastatique et dans l’angiogénèse (celle-ci est la capacité d’une tumeur à susciter la formation de néo-vaisseaux lors de sa progression tumorale) (BUOMMINO, 2009).

Plusieurs équipes de chercheurs chinois continuent d’étudier les propriétés pharmacologiques des plantes médicinales traditionnellement utilisées dans leur Pharmacopée, et en particulier leur « Armoise chinoise » (Artemisia annua).
Dans les années 2013-2015, ces chercheurs découvrirent qu’un extrait d’Artemisia annua contenant de la Dihydroartémisinine, in vivo chez la souris, inhibe la croissance de l’Ostéosarcome, une tumeur cancéreuse osseuse de mauvais pronostic. Il induit aussi l’apoptose des cellules cancéreuses, et freine l’aptitude de ces cellules à métastaser. Le mécanisme serait une inhibition de la Wnt/β-Caténine (LIU Y, 2013).
Ces mêmes propriétés anti-sarcomateuses ont été vérifiées sur des cultures cellulaires (TANG, 2015).

L'armoise bio une plante médicinale anti cancer naturel puissant
L’armoise bio une plante médicinale anti cancer naturel puissant

L’Artémisinine, la Dihydroartémisinine, et l’Artésunate ont, in vitro, une action anticancéreuse sur les cellules de cancer du poumon. Elles inhibent la prolifération et arrêtent le cycle cellulaire en phase G1 ; mais également elles inhibent la migration, l’invasion, et la transition épithélio-mésenchymateuse qui sont les étapes du processus métastatique (TONG, 2016).

Les Polyphénols d’une variété coréenne d’Artemisia annua inhibent aussi, in vitro, les cellules d’un cancer du sein hautement métastatique ; en empêchant leur adhésion à l’endothélium et la transition épithélio-mésenchymateuse (effraction tissulaire). Par ses polyphénols, l’Armoise annuelle bio entraverait le processus métastatique (KO, 2016).

La Dihydroartémisinine et l’Artésunate, in vitro, et in vivo en clinique humaine, exercent une synergie avec la Cytarabine, qui est un antinéoplasique utilisé dans la Leucémie myéloïde aiguë. Cependant l’administration pluriquotidienne d’Artésunate associée à la Cytarabine n’est pas bien tolérée. Il y a une amélioration initiale, mais la survie reste la même (DRENBERG, 2016).

L’Artémisinine inhibe la prolifération du glioblastome : à la fois in vitro sur culture cellulaire de glioblastome (C6) et in vivo chez l’animal. En effet, on savait que l’Artémisinine (et la Dihydroartémisinine) passe la barrière méningée, puisqu’elle guérit le neuropaludisme. Chez le rat chez qui un glioblastome (C6) a été greffé dans le cortex cérébral, l’administration intrapéritonéale d’Artémisinine à la posologie de 10mg/kg pendant 10 jours bloque la croissance tumorale. Sont mis en évidence à la fois une action pro-apoptotique passant par une activation de la Capsase-3 (une protéase qui est une enzyme-clé dans le clivage de plusieurs protéines impliquées dans le fonctionnement cellulaire) ; et en augmentant le « bax », une substance qui semble diminuer l’expression du bcl-2 (Le bcl-2 est un bloqueur de mort cellulaire programmé, dont la sur-expression est la cause de la perte du phénomène d’apoptose propre à la plupart des cellules tumorales). La diminution de l’expression du bcl-2 sous Artémisinine indiquerait qu’elle peut restaurer la capacité de mort cellulaire (CHEN, 2018).

Chez d’autres Armoises sont trouvées des propriétés anti-cancéreuses semblables. Ainsi, l’Arsantine, une lactone sesquiterpénique d’Artemisia santolina induit une différentiation cellulaire de la leucémie aiguë promyélocytaire humaine en granulocytes ; elle potentialise l’Acide Tout-trans-rétinoïque (ATRA) indiqué dans la même leucémie (KWEON, 2015).

L’Huile Essentielle d’Artemisia herba alba, l’Armoise Herbe blanche (qui pousse dans des steppes Moyen-Orientales et Iraniennes, en Espagne et au Maghreb), possède des propriétés cytotoxiques sur plusieurs types de cellules cancéreuses (TILAOUI, 2015).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recherche

Produit antioxidant anti-cancer naturel puissant

Suivez-nous sur note page Facebook

Boutique Biologiquement.com
Suivez-nous sur :