L’armoise annuelle biologique dans la pharmacopée chinoise

[Total : 15    Moyenne : 2.8/5]

L’armoise annuelle biologique est une plante originaire de Chine amenée en Europe (ne pas la confondre avec l’armoise vulgaire – Artemisia Vulgaris). En Chine, c’est une herbe importante contre le paludisme le cancer, et les recherches scientifiques occidentales ont confirmées cela en découvrant que l’une des substances de cette plante (l’artémisinine) combat efficacement le paludisme. Voyons ses propriétés dans la pharmacopée chinoise.

C’est une plante qui a un long historique d’utilisation en médecine chinoise. On la retrouve aussi en médecine ayurvédique avec une indication commune et très intéressante : on l’utilisait pour ce qu’on appelait les fièvres intermittentes.

En d’autres termes, la personne a des poussées de fièvre, puis une période sans fièvre, puis la fièvre revient, etc. La malaria crée ce type de fièvre. Donc déjà, quelques millénaires dans notre passé, on utilisait probablement l’armoise annuelle bio pour les infections de type malaria.

Plus récemment, nous avons eu un épisode important qui s’est produit en 1967 pendant la guerre du Vietnam. Hô Chí Minh demande de l’aide à la chine car ses soldats périssent plus de la malaria que des balles des soldats américains.

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

Indications :

Utilisée en médecine chinoise pendant plus de 2000 ans, l’armoise annuelle bio est passée de l’obscurité à la célébrité en quelques mois en Occident. Elle suscite aujourd’hui une véritable passion. Les Chinois l’étudient pourtant depuis les années 1950 pour combattre le paludisme, avec succès. Ce sont d’ailleurs ces travaux, particulièrement ceux sur l’un des composants actifs, l’artémisinine, qui ont valu le prix Nobel de médecine à la Chinoise Youyou Tu en 2015 et l’ont remise au goût du jour.

Il est vrai que cette armoise bio a de nombreuses propriétés.

  • Elle combat la fièvre grâce à un effet diaphorétique (elle fait transpirer).
  • En application locale, elle combat les plaies infectées et les infections de peau.
  • Elle est efficace pour toute infection intestinale.
  • Elle favorise l’arrivée des règles et les calme quand elles sont trop abondantes.
  • Elle combat les maladies parasitaires du sang, le paludisme en particulier (à ce sujet, relire Plantes & Santé n° 163).

Une autre propriété intéresse de plus en plus: son action anticancer. Les études in vitro démontrent une efficacité dans les cas de leucémie, de cancer du sein et de cancer du côlon. Les médecins vietnamiens l’utilisent régulièrement pour différents types de cancer.

L’action de la plante est incroyablement systémique. En d’autres termes, elle agit sur toutes les parties du corps et traverse la barrière hémato-encéphalique en particulier. C’est ce qui en fait un outil si puissant.

 

ARTEMISIA ANNUA Armoise annuelle bio pour guérir le paludisme… et les cancers

[Total : 13    Moyenne : 2.8/5]

L’armoise annuelle (Artemisia annua), plante traditionnelle de la médecine chinoise, bénéficie d’une forte notoriété depuis le prix Nobel de médecine 2015 décerné à Youyou Tu pour l’efficacité de son extrait contre le paludisme. Désormais, on cherche activement où trouver la plante sèche. Ne cherchez plus: votre jardin est la meilleure des herboristeries !

Le Quinghaosu est l’armoise chinoise Artemisia annua dont on extrait l’artémisinine, une molécule connue depuis plus de 2.000 ans et redécouverte en 1972 pour lutter contre le paludisme. Henry Lai et Narendra Singh, de l’université de Washington, ont mis en évidence l’efficacité du médicament contre des cellules cancéreuses.

Les résultats sont incroyablement optimistes. Dans la revue Life Sciences, les chercheurs décrivent comment l’artémisinine tue toutes les cellules d’un cancer du sein en seize heures. ” Non seulement le médicament est efficace mais il est très sélectif, déclare Henry Lai. Il est hautement toxique pour les cellules cancéreuses mais a un impact minimal sur les cellules normales. ”

Utilisée depuis 30 ans contre le Plasmodium de la malaria, l’artémisinine réagit avec les ions métalliques présents en forte concentration dans le parasite. Très actives, les cellules cancéreuses possèdent également beaucoup de récepteurs membranaires permettant d’augmenter la concentration en ions métalliques à l’intérieur de la cellule. Les chercheurs ont donc eu l’idée d’utiliser l’artémisinine pour tuer ces cellules malades. Les résultats déjà impressionnant contre le cancer du sein semblent encore plus positifs contre la leucémie puisque, dans ce cas, toutes les cellules anormales meurent en huit heures. ” Ce sont des cellules cancéreuses parmi les plus concentrées en ions métalliques “, explique Henry Lai.

Les études devraient continuer sur des animaux vivants. Des tests préliminaires sur un chien atteint d’un cancer des os se sont révélés particulièrement encourageant.

LES DÉCOUVERTES D’UNE PHARMACIENNE CHINOISE

C’est à la suite des ravages du paludisme dans les rangs de l’armée nord-vietnamienne que Mao Tsé Toung a mis en route en 1967, en pleine révolution culturelle, le projet “523” (ainsi nommé parce qu’il a été lancé le 23 Mai 1967). C’était un programme secret de recherche sur le traitement du paludisme, basé sur l’étude des traitements de la médecine traditionnelle chinoise. L’Académie de Médecine Traditionnelle Chinoise a confié cette recherche à l’un de ses membres, Youyou TU, jeune pharmacienne âgée de 36 ans, dont le nom est resté totalement ignoré jusque dans les années récentes. Ce n’est qu’en 2005 que le nom de Youyou TU a été associé à la découverte de l’artémisine, et qu’elle est devenue célèbre.
En 2011, Youyou TU a reçu le prestigieux prix Lasker DeBakey Clinical Research. Elle a rassemblé plusieurs milliers de recettes à base d’herbe ; elle a évalué 380 extraits de différentes plantes, parmi lesquelles l’Artémisia annua Armoise annuelle bio (ou Qinghao), qui était connue depuis très longtemps pour son efficacité pour traiter la fièvre récurrente. Les premiers résultats obtenus par Youyou TU ont été assez décevants, car les extraits étaient préparés avec de l’eau bouillante qui détruisait les composants actifs.
• C’est en 1971, en réalisant une extraction par de l’éther à basse température, qu’elle a obtenu des extraits qu’elle a testés en laboratoire sur des souris et des singes infectés par le parasite, avec une efficacité pratiquement de 100 % (92). Après avoir vérifié sur elle-même l’innocuité de l’extrait, elle l’a testé “sur l’humain” au travers de 21 patients impaludés, qui ont été guéris à 90 %.

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

• En 1972, elle a isolé une substance considérée comme l’élément actif de l’Artémisia annua Armoise annuelle bio, et lui a donné le nom d’artémisine bio (ou Qinghaosu, le suffixe “su” signifiant “la substance active”). Mais on peut encore noter que les premiers essais positifs avaient été faits avec de l’Artémisia annua Armoise annuelle bio produite dans la région de Pékin, contenant peu d’artémisine bio . Comme Youyou TU désirait disposer de beaucoup d’artémisine bio , elle a ensuite utilisé de l’Artémisia annua Armoise annuelle bio provenant de la région du Sichuan, très riche en artémisine bio, avec des résultats cliniques identiques, ce qui suggère encore que la concentration optimale en artémisine n’est pas nécessairement la concentration maximale…
• En 1975, Youyou TU a déterminé la structure de la molécule d’artémisine bio (sesquiterpène lactone).
micheldogna.fr
• En 1979, la publication d’un article dans le Chinese Medical Journal fit connaître l’artémisine bio .
• En 1981, le 4ème congrès du Groupe de Travail Scientifique sur la Chimiothérapie du Paludisme, sponsorisé par le PNUD, la Banque Mondiale et l’OMS, se tint à Pékin. L’artémisine bio devint connue dans le monde entier, et elle souleva l’intérêt des grandes firmes pharmaceutiques, qui produisirent les dérivés semi-synthétiques que l’on connaît (artésunate hydrosoluble, arthémeter liposoluble…), aboutissant en 1986 à la mise sur le marché des premiers médicaments à base d’artémisine bio. Devant l’efficacité du produit, en 2004 l’OMS en fit la promotion à grande échelle, et recommanda son utilisation en association avec d’autres molécules “classiques” (les ACT, ou Artemisinin Combined Therapy).

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

• Enfin, en 2011, l’OMS recommanda l’utilisation de l’artésunate en monothérapie par voie intra veineuse au lieu de sels de quinine dans le traitement du paludisme grave de l’enfant.

FORMES GALENIQUES ET MODE D’UTILISATION

Artemisia annua bio s’est révelée efficace à titre curatif et non préventif contre des formes graves de paludisme (en particulier contre Plasmodium falciparum devenu en de nombreux endroits résistants aux médicaments classiques). C’est donc une alternative simple à la portée des populations soumises à ce fléau

De bons résultats sont obtenus avec des cures sous forme de tisanes :

  • Quand l’utiliser ?

Au moment des fièvres

  • Comment l’utiliser ?
  1. En tisane : Faire bouillir 1 litre d’eau puis ajouter 10 g de feuilles séchées, boire dans la journée. Il est conseillé de boire 1 litre par jour de cette tisane pendant 5 jours.
  2. En gélules : L’administration de poudre d’Artémisia annua bio en gélules est nettement plus simple et apparemment plus efficace que l’administration en tisane. Néanmoins l’administration en gélules se heurte à leur coût de fabrication et de distribution et à nos yeux elle reste imparfaitement adaptée pour l’utilisation à grande échelle de l’Artemisia annua bio . La promotion de la production locale de l’Artemisia annua bio et son utilisation en tisane restent donc pour nous actuellement la meilleure méthode de prévention et de traitement du paludisme et à diffuser dans les pays les plus pauvres

POSOLOGIE
La dose journalière varie entre 500 et 1000mg par jour ce qui fait 2 à 4 gélules de 250 mg par jour.

L’Artémisia annua bio et le cancer et le paludisme

[Total : 13    Moyenne : 3.8/5]

Dans les cellules cancérisées, il y a cent fois plus de fer que dans les cellules normales.

Dans les cellules cancérisées, il y a cent fois plus de fer que dans les cellules normales.

Lorsque l’Artémisia annua armoise annuelle bio entre en contact avec les fer, il y a une très grande production de radicaux libres, il y en a tellement que ces cellules sont très rapidement détruites, alors que les cellules saines ne sont pas abîmées car elles ne contiennent qu’une très petite quantité de fer.

Avant, pendant et après la prise d’ Artémisia annua armoise annuelle bio, éviter de prendre certains produits : glutathion, SOD, catalase, acide R Lipoïque, coenzyme Q10, bioflavonoïdes ……….

Les chimios, sont génératrices de radicaux libre, il est donc intéressant de prendre l’ Artémisia annua armoise annuelle bio au même moment.

L’utilisation de (oxygène germanium) va potentialiser le travail de l’ Artémisia annua armoise annuelle bio.

Il a ainsi été obtenu un taux de 75 % de destruction du cancer après seulement 8 heures et presque 100% en seulement 24 heures.

ARTEMISIA BIO UTILISATION POUR LA MALARIA

La plante contient une substance qui s’appelle l’artémisinine bio et qui peut être isolée aujourd’hui. Cette substance a été très étudiée.

Voici ce qu’il faut savoir :

L’artémisinine bio isolée fonctionne pour soigner la malaria ;

La plante entière fonctionne aussi très bien ;

La plante entière dans laquelle on a enlevé l’artémisinine bio fonctionne aussi.

J’aimerais insister sur ce dernier point car on n’en parle pas assez aujourd’hui. D’ailleurs on voit qu’une autre artemisia bio , l’Artemisia afra, est elle aussi très efficace contre la malaria et elle ne contient pas d’artémisinine bio .

Cela veut dire qu’une fois de plus, l’obsession sur le composant actif ne peut pas fonctionner !

On a recensé plus de 400 composants dans la plante, plus de 20 sont antipaludiques. C’est cette richesse qui fait son efficacité.

C’est cette richesse qui fait que le parasite responsable de la malaria n’arrivera pas à s’adapter comme il le fait si bien lorsqu’il n’y a qu’une molécule seule.

De plus, l’artémisinine bio est chère. Il faut un laboratoire pour l’extraire.

En dénigrant la plante entière et les formes simples comme l’infusion, on empêche donc les populations locales d’Afrique, d’Asie, d’Amérique du Sud de reprendre leur santé en main. Je trouve que c’est vraiment triste sachant que des enfants meurent chaque jour de la malaria.

Heureusement que les populations locales n’ont pas attendu la bénédiction des Européens et des Américains pour faire leurs propres expérimentations et voir ô combien l’infusion est efficace !

Protocole anti-malaria

L’information que je vais vous distiller provient de différentes sources :

ANAMED, une ONG très impliquée dans les projets sur l’artemisia bio ;

La Maison de l’Artemisia bio , magnifique projet français de Lucille Cornet-Vernet ;

Stephen Buhner aux Etats-Unis et ses recherches sur les plantes antiparasitiques.

Malaria déclarée

Voici les différentes formes que l’on peut utiliser :

➜ Infusion de plante sèche. On utilise 5 g pour un litre d’eau. On peut aussi doser un peu moins précisément lorsqu’on n’a rien pour peser et faire à la poignée, ce qui nous fait en général entre 5 et 10 g.

On laisse infuser 15 minutes à couvert. Ensuite on filtre et on boit en 3 ou 4 prises pendant la journée. Cure de 7 jours, plus longtemps n’est pas nécessaire, moins longtemps est problématique. En effet, il ne faut pas s’arrêter avant sinon il reste des parasites dans le sang.

Buhner explique que l’artémisinine bio est mieux extraite s’il y a des lipides. Il conseille donc d’utiliser une infusion dans du lait entier et explique que ceci va extraire 80% de l’artémisinine bio comparé à 25% pour l’infusion dans l’eau. Bien évidemment, dans les pays pauvres, on utilisera de l’eau tout simplement.

➜ Teinture de plante fraîche. On coupe la plante fraîche en tout petits morceaux et on utilise 200 ml d’alcool pur (alcool à 96° si possible, 80° minimum), pour 100 g de plante fraîche.

On place une pierre propre sur la plante, dans le bocal, pour que l’alcool recouvre bien la plante. On laisse macérer 2 semaines, on filtre, on presse. Les doses sont de 1 cuillère à soupe de teinture dans de l’eau 2 fois par jour pendant 7 jours (Buhner).

➜ Jus de plante fraîche, là encore pas à la portée de tout le monde car il faut un extracteur. Buhner recommande 1 cuillère à soupe du jus par jour, dans de l’eau, pendant 7 jours.

Buhner explique que le jus est 6 à 17 fois plus puissant que l’artémisinine bio pure. Ça fait réfléchir.

 Macération à froid. C’est la forme ancestrale découverte par Tu Youyou. On laisse macérer la plante dans de l’eau froide pendant plusieurs heures, ensuite on presse la plante pour extraire le plus de jus possible et on va boire dans le courant de la journée.

Buhner donne une méthode légèrement différente : on démarre avec 100 g de plante fraîche, on verse ½ litre d’eau chaude dessus (attention pas bouillante, de l’eau chaude) et on laisse macérer pendant 12 heures. Ensuite, bien presser et boire dans la journée.

Si vous voulez la méthode simple, c’est celle décrite par ANAMED et la Maison de l’Artemisia bio , 5 g de plante sèche pour un litre, ou une poignée, en infusion.

Résultats : la fièvre, les maux de tête, les courbatures disparaissent dès le premier ou le deuxième jour. Cela fonctionne vite et bien.

Notez  bien : Buhner recommande de faire une deuxième cure d’une semaine 2 semaines après la première cure. Donc vous faites la cure d’une semaine, vous laissez passer 2 semaines, puis vous refaites la même cure d’une semaine. Je n’ai pas trouvé pas cette recommandation dans mes autres sources, c’est une spécificité Buhner.

Efficacité : une étude sponsorisée par la Maison de l’Artemisia bio au Congo, étude randomisée en double aveugle, démontre que sous artemisia annua bio , le taux de guérison du paludisme est de 99,5 % !

Alors que le taux de guérison si on utilise une combinaison d’un dérivé de l’artémisinine bio , qu’on appelle artesunate, et d’un médicament antipaludique (traitement dit ACT) est de 79,5 %. Ça fait réfléchir, non ?

Prévention

➜ ANAMED recommande 1,25 g de plante sèche en infusion, c’est-à-dire environ une cuillère à café de plante sèche pour une tasse de 200 ml. Vous faites une infusion à couvert, vous laissez infuser 15 minutes puis vous prenez cette tasse tous les jours le matin.

Attention il faut boire toute la tasse d’un coup, vous n’étalez pas la prise tout au long de la journée sinon vous n’aurez pas assez d’effet.

Vous commencez avant le départ et vous continuez 3 semaines après votre retour.

➜ Les recommandations de la Maison de l’Artémisia bio sont un peu différentes. On va faire la distinction avec des personnes qui ont déjà été en contact avec la malaria, et qui ont donc une immunité plus aiguisée face à la maladie.

Pour ceux qui ont déjà été en contact avec la malaria : une infusion 2 fois par semaine pendant la saison des pluies.

Pour le touriste par contre, il faudrait plutôt prendre des doses qui tournent autour des 5 g/L en infusion, donc la dose curative, boire le litre dans la journée, de la veille du voyage jusqu’à une semaine après le retour.

Entre les 1,25 g/jour de ANAMED et les 5 g/jour de la Maison de l’Artemisia bio , il y a une différence significative. Le docteur Cornet-Vernet ayant une grande expérience en la matière, personnellement, si je devais faire de la prévention pour un voyage, je pense que je suivrais ses recommandations (5 g/jour).

Notez bien : le corps médical ne soutient pas ce type d’approche et vous dira de prendre des médicaments antipaludiques afin de ne pas prendre de risques.

C’est donc une approche très controversée (ça vous étonne ?) Et là je ne vais pas vous dire ce que vous devez faire, je vous dis ce que je ferais personnellement basé sur mes recherches. À vous de voir et de décider.

Notez bien : aussi bien en attaque qu’en prévention, l’efficacité du protocole va dépendre de la qualité de la plante que vous utilisez. Si vous utilisez une plante trop vieille, ou de mauvaise qualité, ça ne peut pas bien fonctionner. C’est le risque.

Et vu que la plante n’est pas autorisée à la vente en France, il est compliqué de s’en procurer aujourd’hui.

 

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

UTILISATION POUR LE CANCER

Les résultats sont incroyablement optimistes. Dans la revue Life Sciences, les chercheurs décrivent comment l’artémisinine bio tue toutes les cellules d’un cancer du sein en seize heures. ” Non seulement le médicament est efficace mais il est très sélectif, déclare Henry Lai. Il est hautement toxique pour les cellules cancéreuses mais a un impact minimal sur les cellules normales. “

Utilisée depuis 30 ans contre le Plasmodium de la malaria, l’artémisinine bio réagit avec les ions métalliques présents en forte concentration dans le parasite. Très actives, les cellules cancéreuses possèdent également beaucoup de récepteurs membranaires permettant d’augmenter la concentration en ions métalliques à l’intérieur de la cellule. Les chercheurs ont donc eu l’idée d’utiliser l’artémisinine bio pour tuer ces cellules malades. Les résultats déjà impressionnant contre le cancer du sein semblent encore plus positifs contre la leucémie puisque, dans ce cas, toutes les cellules anormales meurent en huit heures. ” Ce sont des cellules cancéreuses parmi les plus concentrées en ions métalliques “, explique Henry Lai.

Les études devraient continuer sur des animaux vivants. Des tests préliminaires sur un chien atteint d’un cancer des os se sont révélés particulièrement encourageant.

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

DOSAGE

En phytothérapie, cette médication naturelle est proposée sous forme de poudre, de gélule, d’huile essentielle et de feuilles séchées à infuser. Dans tous les cas, il est indispensable de respecter les doses prescrites dans la notice d’utilisation pour éviter les complications.

Les gélules, réservées uniquement à l’adulte, sont préconisées en cas de perte d’appétit ainsi que pour traiter l’anorexie et les dérèglements du cycle menstruel. La dose à prendre en journée est limitée à 5 gélules par jour, soit 1 625 mg.

Les feuilles séchées sont utilisées en décoction pour soulager les spasmes musculaires, notamment ceux des muscles de l’utérus. Près de 20 g de cette plante sont à infuser pendant 15 minutes dans 1 litre d’eau chaude. Il est recommandé de prendre 2 ou 3 tasses de la solution obtenue, à n’importe quel moment de la journée, en cas de douleurs articulaires ou musculaires. Chez les femmes ayant des problèmes d’aménorrhée ou de dysménorrhée, le traitement doit débuter 10 jours avant la période habituelle des règles.

L’huile essentielle d’armoise s’utilise en friction sur les parties douloureuses du corps, douleurs dues à la fatigue, aux contractions des muscles ou à une affection particulière telle que le rhumatisme. Il est important de la diluer dans de l’huile végétale pour éviter d’irriter la peau. La posologie à respecter est de 30% d’huile essentielle et 70% d’huile végétale.

PREOCCUPATIONS VIS-A-VIS DU PRODUIT

A cause de la popularité grandissante de ce produit, le consommateur devra exercer un principe de précaution extrême et veiller à l’acheter chez un fournisseur réputé comme Biologiquement.com . Seule de l’artémisinine bio vraie et pure devra être achetée et utilisée chez des fournisseurs dont vous avez l’habitude ou que vous connaissez de réputation, comme www.biologiquement.com Il y a une très grande variation dans le potentiel de cette plante. De l’artémisinine bio dosée à 100 mg chez un fournisseur peut s’avérer beaucoup plus efficace qu’une autre dosée à 100 mg chez un autre. Achetez seulement chez un fournisseur en qui vous avez toute confiance et ne vous laissez pas convaincre par des « alternatives » moins chères.

Plante médicinale contenant de l’artémisinine biologique

[Total : 5    Moyenne : 3/5]

C’est une plante qui a un long historique d’utilisation en médecine chinoise. On la retrouve aussi en médecine ayurvédique avec une indication commune et très intéressante : on l’utilisait pour ce qu’on appelait les fièvres intermittentes.

En d’autres termes, la personne a des poussées de fièvre, puis une période sans fièvre, puis la fièvre revient, etc. La malaria crée ce type de fièvre. Donc déjà, quelques millénaires dans notre passé, on utilisait probablement l’armoise annuelle pour les infections de type malaria.

Plus récemment, nous avons eu un épisode important qui s’est produit en 1967 pendant la guerre du Vietnam. Hô Chí Minh demande de l’aide à la chine car ses soldats périssent plus de la malaria que des balles des soldats américains.

La Chine, à l’époque, avait elle aussi de gros problèmes de malaria dans ses provinces du sud. Le gouvernement décide donc de lancer un programme de recherche qu’il appelle Projet 523. Des centaines de scientifiques vont travailler dessus.

En 1969, une certaine Tu Youyou, prend la tête du projet. Vous connaissez peut-être son nom car elle a reçu le prix nobel de médecine en 2015 pour ses travaux sur l’Artemisia annua bio et la malaria.

Noms

Noms français: Armoise annuelle, absinthe chinoise
Nom scientifique: Artemisia annua L.
Nom anglais: sweet wormwood, Chinese wormwood
Nom allemand: Einjährige Beifuß
Nom italien: artemisia annuale
Nom portugais: losna-verde, artemísia
Nom espagnol: ajenjo dulce
Nom chinois: qinghao (青蒿)
Famille Asteraceae (Astéracées) Constituants
– Lactone sesquiterpénique: artémisinine
– Flavonoïdes
– Huile essentielle riche en monoterpènes
Parties utilisées
– Feuilles, plante entière
Effets
– Antipaludique, antifongique (huile essentielle)
Indications Armoise annuelle biologique
– malaria
– anti cancer
En usage interne :
– Paludisme (malaria), dermatites (en médecine traditionnelle chinoise), migraine, fièvre, mycoses (en huile essentielle). Lupus (en médecine populaire)
Disponible:
En pharmacie ou sur Biologiquement.com disponible sous forme de poudre ou gélule.
Préparations – Sous quelle forme ? (formes galéniques)
– Gélule (à base de poudre), comprimé d’armoise annuelle biologique
– Tisane d’armoise annuelle biologique

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

Où pousse l’armoise annuelle biologique ?
L’armoise annuelle biologique est originaire de Chine, elle pousse dans les zones tempérées chaudes (source: Wikipedia.org). On trouve actuellement des cultures d’armoise annuelle biologique dans d’autres régions que la Chine comme l’Europe et l’Afrique (ex. Madagascar).
C’est une plante mesurant de 80 à 150 cm de hauteur.​Remarques
– L’armoise annuelle biologique est une plante traditionnelle chinoise utilisée depuis plus de 2’000 ans pour soigner plusieurs maladies, y compris le paludisme. Cette plante est aussi utilisée dans la médecine traditionnelle indienne.
– Des études ont prouvé l’efficacité de l’armoise annuelle biologique contre le paludisme et contre le cancer.
Pour soigner le paludisme, l’OMS recommande toutefois de l’associer à d’autres traitements contre la paludisme, il faudra éviter une monothérapie en utilisant seulement de l’artémisinine biologique. Cette recommandation permet d’éviter les cas de résistances à cet antipaludique naturel.
– Le 5 octobre 2015, le prix Nobel de médecine a été attribué à 3 chercheurs, l’un de ces lauréats était la Chinoise Tu Youyou qui a notamment travaillé pendant plusieurs années pour le compte du gouvernement chinois à la fin des années 1960 dans la lutte contre le paludisme. Ses travaux de recherche ont abouti à l’extraction de l’artémisinine biologique, principe actif de l’armoise annuelle biologique (Artemisia annua bio ). Actuellement l’artémisinine biologique est le seul traitement disponible dans des cas graves de paludisme. Mme Youyou a réussi à intégrer dans son travail des éléments de la médecine traditionnelle et de la recherche scientifique moderne.
Mme Youyou et son équipe ont analysé plus de 2’000 remèdes de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) présentant un potentiel dans la lutte contre le paludisme. De tous ces remèdes, ils sont arrivés à 380 extraits de plantes qu’ils ont ensuite testé sur des souris. L’un de ces extraits s’est avéré un fébrifuge efficace lors des excès de fièvre provoqués par le paludisme. Cet extrait provenait de l’armoise annuelle biologique (Artemisia annua). Mme Youyou et son équipe ont modifié le processus d’extraction et ont isolé, au début des années 1970, l’ingrédient actif de l’armoise annuelle biologique à savoir l’artémisinine biologique. Son travail a seulement été rendu public en 1977, après la fin des restrictions du gouvernement chinois.

Tout savoir sur l’armoise annuelle artemisia annua bio

[Total : 4    Moyenne : 3.8/5]

L’armoise annuelle biologique (Artemisia annua bio – en chinois: qinghao (青蒿)) est une plante annuelle glabre originaire de Chine naturalisée en Europe. L’une des substances actives extraite de ses feuilles (l’artémisinine) combat efficacement le paludisme et le cancer.

Inflorescence d’Artemisia annua biologique

Ses branches sont alternes et portent des feuilles pétiolées de 1,5 à 6,5 cm de long. Celles-ci sont segmentées et dentées. Elles dégagent une forte odeur aromatique due à la présence de trichomes glandulaires qui sécrètent une huile volatile (Aftab et al., 2014; Blanc et al., 2008). Les fleurs sont bisexuées, très petites (2 à 3 mm de diamètre) et jaunes. Elles sont agencées en capitules réunis dans une longue inflorescence en panicule vert-jaune. Chaque ovaire donnera un akène (1 mm de diamètre) ne comportant pas de papus. La pollinisation se fait à la fois par le vent et par les insectes

Confusion possible

L’ambroisie peut être confondue avec ses cousines, l’armoise vulgaire (Artemisia vulgaris L.) et l’armoise des frères Verlot (Artemisia verlotiorumLamotte). Pour les distinguer, observez bien la couleur des feuilles. L’ambroisie est verte sur les deux faces des feuilles contrairement aux armoises dont la face inférieure est argentée. Il existe par ailleurs d’autres espèces d’ambroisie, plus rares, avec lesquelles l’ambroisie à feuilles d’armoise peut être confondue.

Utilisation
L’armoise annuelle biologique est utilisée par les herboristes chinois depuis longtemps dans le traitement de nombreuses maladies, telles que des dermatites ou bien encore contre la malaria depuis l’antiquité. En effet, la plante contient de l’artémisinine biologique (qinghaosu (青蒿素)), une lactone sesquiterpénique qui s’est révélée efficace à titre curatif, et non préventif, contre des formes graves de paludisme (en particulier contre Plasmodium falciparum devenu en de nombreux endroits résistants aux médicaments classiques). C’est donc une alternative simple à la portée des populations soumises à ce fléau.

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

L’artémisinine biologique est efficace contre plusieurs souches de parasites responsables du paludisme et contre le cancer.

De multiples études scientifiques confirment cette propriété et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) encourage des programmes de soins et de culture. Cette même OMS déconseille la monothérapie à base d’artémisinine biologique et recommande les traitements combinés (polythérapie).

Bien que des résultats acceptables soient obtenus avec des cures sous forme de tisanes, à utiliser au moment des fièvres, cette utilisation en tisane est également fortement déconseillée par l’OMS car cette approche pourrait favoriser la résistance du parasite à la molécule d’artéméther (dérivé semi-synthétique de l’artémisinine bio ). Bien que l’application du principe de précaution de la part de l’OMS soit louable, certains font remarquer qu’aucune forme de résistance à l’artémisinine biologique n’a été enregistrée en Chine, alors que cette tisane est utilisée seule depuis près de 2000 ans1. L’incertitude récemment apparue découle de la possibilité nouvelle d’une utilisation systématique et d’une application en masse de traitements à base d’artémisinine biologique de qualité plus ou moins variable sur une très nombreuse population, une situation qui jusqu’à récemment ne s’était encore jamais produite avec cette substance.

Production

En Asie, depuis la découverte de l’Artémisinine bio par la chercheuse chinoise YOUYOU TU, la Chine avait lancé un plan de culture de l’Artemisia annua bio , et sa production domine le marché asiatique, principalement pour fournir la matière de base à la synthèse des ACTs. L’Inde également, s’est mise à la culture de la précieuse Armoise.
Mais la culture de l’Artémise annuelle bio en Afrique ne s’est développée que depuis quelques années seulement, quand les populations africaines mise au courant de l’efficacité de l’Armoise elle-même, se sont mises à installer des plantations dans plusieurs pays : en Afrique de l’Ouest (Sénégal, Burkina Faso, Bénin, Togo…), en Afrique centrale (Congo…), en Afrique sub-saharienne (Mali, Niger, Tchad…), en Afrique de l’Est (Kenya, Ouganda, Tanzanie…) et à Madagascar…
…avec déjà des retours positifs de milliers de personnes ayant traité leurs accès palustres avec succès. La « bascule » entre les traitements par ACT et le traitement par Phytothérapie à l’Artemisia bio est en train de se faire en Afrique. Au grand dam des laboratoires pharmaceutiques qui cherchent à influencer les décisions de l’OMS ! et aux dépends des organismes mafieux qui inondaient les circuits pharmaceutiques avec de faux-ACTs coûteux…et « mortellement » inefficaces !

— Mettre rapidement en culture des champs d’Armoise annuelle devient une nécessité en Afrique afin de pourvoir aux besoins thérapeutiques. Déjà plusieurs Associations, dont « La Maison de l’Artémisia », « IFBV » (Iwerliewen fir bedreete Volleker) au Luxembourg, ACB (Artemisia contre le Paludisme)… s’y emploient activement.

— Mais il importe de s’assurer de la qualité des Armoises cultivées, récoltées, puis conditionnées en vue de leur utilisation thérapeutique. Le problème est qu’en fonction des conditions de culture, de facteurs environnants, et des soins dans le conditionnement, les taux d’Artémisinine bio et des autres substances actives (sesquiterpènes et flavonoïdes) peuvent varier énormément. Ainsi, rien que pour l’Artémisinine bio son taux, bas dans la plante, est extrêmement variable entre 0,01% et 1% (LIU, 2006). On sait maintenant que ce taux est maximal juste avant la floraison. Il sera sûrement indispensable de sélectionner les meilleurs spécimens d’Armoises (dont le taux d’Artémisinine bio peut dépasser 1%), celles qui ont les meilleurs taux en principes actifs ; en réalisant des analyses pharmacologiques.

— On est en face à deux modes différents d’administration, ayant chacun leur avantages et leurs inconvénients :
le traitement par infusion : simple, peu coûteux, facilement disponible sur place, dans la mesure où chaque groupement de villages peut prendre en charge des cultures d’Armoise. Mais le risque existe d’un sous dosage, soit dans l’administration de l’infusion, soit parce que la teneur en principes actifs dans les parties aériennes récoltées seront insuffisantes.
Aussi, certaines associations, en accord avec les scientifiques, mettent-ils au point des conditionnements labélisés, comme des infusions en sachets (tea bags), bien calibrés, avec des schémas de traitements précis, doublés d’une éducation des populations à leur emploi.
et des comprimés ou gélules de feuilles séchées d’Artemisia annua bio , qui ont l’avantage d’être calibrés, dosés, et dont les taux d’Artémisinine et de Polyphénols peuvent être régulièrement contrôlés. Ils sont considérés comme préférables pour assurer une posologie exacte et suffisante. Le risque sera toujours celui de malfaçons des comprimés (que des trafiquants peu scrupuleux conditionneront avec du foin !), sauf si les états sont vigilants à exercer un contrôle rigoureux, échappant à tous les circuits gangrénés par la corruption…

Productivité (en culture)
Plante fraîche entière : ~ 30-35 t/ha
Plante sèche entière : ~ 10 t/ha
Feuilles sèches : ~ 2,5-3 t/ha
Teneur en artémisinine biologique des feuilles sèches : ~ 1,3 %
Culture et mode d’emploi d’Artemisia annua biologique
Semis:
Le semis se fait dès réception des graines. On mélange une cuillère à café de graines avec 5 à 6 cuillères à café de sable fin. Puis, on parsème ce mélange dans une caisse remplie de pleine terre, on arrose sans inonder. La germination se produit après 4 à 7 jours sous des températures nocturnes de 16 à 18 °C et diurnes de 23 à 25 °C.

Acheter des graines d’armoise annuelle artemisia annua bio sur la boutique en ligne www.biologiquement.com

Repiquage dans des pots :
Le repiquage des plantules en pot se fait dès que la végétation devient trop dense. Chaque plant est alors placé individuellement dans un récipient de taille équivalente à un pot de yaourt pour qu’il ait suffisamment de place. On laisse en place jusqu’à ce que ces plants portent 5 ou 6 feuilles. Cette opération n’est pas obligatoire et certains réalisent un repiquage en plein champ directement à partir des plantules issues de la pépinière.

Repiquage en terre :
Le repiquage, à l’extérieur en pleine terre, se fait 3 semaines plus tard (ou 6 semaines après semis) lorsque les plants ont atteint une hauteur de 15 cm. Il est alors important de bien espacer ces plants (environ 80 cm entre chacun). Cette plante demande beaucoup de lumière, pendant le plus longtemps possible, et il faut veiller à l’arroser. Désherbage au sarcloir ou mécanique.

Récolte :
La récolte se fait juste avant la floraison en récupérant les feuilles. Ne pas oublier de conserver une partie des plantes intactes pour la récolte des akènes contenant les graines. (environ 12 000 graines/gramme). Elles ont une faculté germinative supérieure à 90 % et une longévité de 3 ans à température ambiante.

Séchage :
Il est très important de faire sécher les feuilles à l’abri du soleil sinon la matière active disparaît. Une fois sèches (2 à 3 jours dans une atmosphère sèche et aérée), les feuilles sont prêtes.

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

Réduction en poudre et utilisation : les feuilles et les jeunes tiges peuvent être réduites en poudre dans un blinder puis tamisée à laide d’un tamis ou d’une passoire. La poudre d’Artemisia biologique sera consommée telle quelle : une cuillère à café rase (500 à 1000 mg/jours) en préventif chaque matin. En curatif, en cas de crise, toutes les 6 heures soit 4 fois par jour réparties au mieux sur la journée pendant 7 à 8 jours. Si on mélange la poudre avec du miel ou de la confiture pour en atténuer la forte amertume, il faut le faire au moment de consommer et non à l’avance : risque d’altérer la substance active.
La poudre de plante est plus efficace que la tisane parce que les lactones et les flavonoïdes qu’elle contient sont peu solubles dans l’eau. Si on fait de la tisane il faut 10 grammes de plantes pour un litre à consommer dans la journée. Pour les bébés et le jeunes enfants on peut faire des suppositoires avec de la graisse et de la poudre mélangées et préparées au dernier moment : exemple une cuillère à café de beurre de karité et une demi cuillère à café de poudre. Pour un adulte prendre une cuillère à café de poudre.
Mode d’action : la fonction peroxyde de la molécule d’artémisine d’Artemisia annua biologique réagit avec les ions Fer en libérant un radical Oxygène libre extrêmement oxydant et fatal pour les cellule riches en Fer. Ce qui explique la destruction des parasites du sang (Plasmodium falciparum) ou leur forte inhibition ainsi que la destruction des cellules tumorales (anti cancer naturel puissant).D’autres substances contenues dans la plante entière agissent en synergie pour une efficacité supérieure, il s’agit en fait d’une multi thérapie (d’après le Docteur Omnius).

L’absinthe chinoise armoise annuelle Artemisia annua bio

[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Absinthe chinoise Artemisia annua bio propriétés thérapeutiques et médicinales
Absinthe chinoise Artemisia annua bio principaux constituants
Absinthe chinoise Artemisia annua bio utilisation traditionnelle
Absinthe chinoise Artemisia annua bio recherche
Absinthe chinoise Artemisia annua bio description
Absinthe chinoise Artemisia annua bio habitat
Absinthe chinoise Artemisia annua bio précautions effets secondaires, contre-indications
Absinthe chinoise Artemisia annua bio utiliser pour, et les bienfaits sur la santé
Absinthe chinoise Artemisia annua bio dosage posologie
Absinthe chinoise Artemisia annua bio divers
Absinthe chinoise Artemisia annua bio source

L’ Armoise annuelle bio (Artemisia annua L.) appelée aussi « Armoise chinoise  » ou « Absinthe chinoise  » est une plante herbacée annuelle ; à tige ramifiée, atteignant 1,60m jusqu’à 2,0m ; aux feuilles extrêmement divisées, « pennatiséquées » ; les inflorescences terminales en panicules lâches sont portées par des pédoncules courts, où chaque fleur, petite et globuleuse, de 2 à 3mm de diamètre, avec un involucre blanchâtre, est un capitule de fleurs jaunes disposées en fleurons centraux et en fleurons périphériques. Les fruits sont des akènes.
La plante, lorsqu’on la froisse, dégage une odeur aromatique, propre aux Armoises et à l’Absinthe.

Noms communs :Absinthe chinoise, armoise annuelle.
Nom latin :Artemisia annua.
De la famille :Famille des astéracées ou composées (asteraceae).
Nom anglais :Sweet annie, sweet wormwood, sweet sagewort, annual wormwood.
Nom chinois :Qing hao.
Nom arabe :Shibaa.

Absinthe chinoise Artemisia annua bio propriétés thérapeutiques et médicinales :

Utilisée en médecine chinoise pendant plus de 2000 ans, l’armoise annuelle est passée de l’obscurité à la célébrité en quelques mois en Occident. Elle suscite aujourd’hui une véritable passion. Les Chinois l’étudient pourtant depuis les années 1950 pour combattre le paludisme, avec succès. Ce sont d’ailleurs ces travaux, particulièrement ceux sur l’un des composants actifs, l’artémisinine bio , qui ont valu le prix Nobel de médecine à la Chinoise Youyou Tu en 2015 et l’ont remise au goût du jour.

Il est vrai que cette armoise a de nombreuses propriétés.

  • Elle combat la fièvre grâce à un effet diaphorétique (elle fait transpirer).
  • En application locale, elle combat les plaies infectées et les infections de peau.
  • Elle est efficace pour toute infection intestinale.
  • Elle favorise l’arrivée des règles et les calme quand elles sont trop abondantes.
  • Elle combat les maladies parasitaires du sang, le paludisme en particulier (à ce sujet, relire Plantes & Santé n° 163).

Une autre propriété intéresse de plus en plus: son action anticancer. Les études in vitro démontrent une efficacité dans les cas de leucémie, de cancer du sein et de cancer du côlon. Les médecins vietnamiens l’utilisent régulièrement pour différents types de cancer.

L’action de la plante est incroyablement systémique. En d’autres termes, elle agit sur toutes les parties du corps et traverse la barrière hémato-encéphalique en particulier. C’est ce qui en fait un outil si puissant.

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

La médecine chinoise et l’artemisia annua bio

Recherche :Ce n’est que vers les années 1980 que les scientifiques occidentaux eurent connaissance de la valeur vis-à-vis du paludisme que pouvait avoir l’absinthe chinoise.

Les chercheurs chinois, en 1990 ont voulu s’associer avec l’industrie pharmaceutique européenne. Cet ainsi qu’un programme d’amélioration génétique fut crée il y a 8 ans de cela, afin d’améliorée une forme d’absinthe chinoise armoise annuelle Artemisia annua bio riche en artémisinine (substance ayant des propriétés médicinales contre le paludisme et contre le cancer).

Cette forme d’absinthe chinoise armoise annuelle Artemisia annua bio a fait l’objet d’une demande de protection auprès de l’Union internationale pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV), sous l’appellation «Artemis».

L’OMS (organisation mondiale de la santé) a autorisé en 2004 l’utilisation de l’absinthe chinoise armoise annuelle Artemisia annua bio à travers le monde.

Description :L’absinthe chinoise armoise annuelle Artemisia annua bio est une cousine de l’absinthe officinale, c’est une plante vivace qui peut atteindre jusqu’à 1 mètre de hauteur, elle fait partie de la famille des astéracées.

Ses grandes tiges dressées portent des feuilles vert clair, finement découpées. Ses petits capitules forment d’amples panicules le long des nombreux rameaux. Le fruit est un petit akène.

La plante est très odorante et amère.

C’est une plante vivace haute d’un mètre, que l’on trouve sur la terre de la Chine, du Japon, de la Corée, du Vietnam, de la Russie et de l’Amérique du Nord :

  • ses tiges sont grandes et dressées ;
  • ses feuilles sont finement découpées en dentelle et leur couleur est vert clair ;
  • son fruit est un akène ;
  • son parfum est amer et odorant ;
  • la plante est cultivée par semis au printemps ou par séparation des rhizomes durant l’automne.

L’absinthe, ou armoise renferme une essence aromatique, des flavonoïdes et des lactones sesquiterpéniques (artémisinine).

Elle se cultive facilement sous nos climats.

Absinthe chinoise : précautions effets secondaires, contre-indications :
L’absinthe chinoise armoise annuelle Artemisia annua bio est à déconseillé pour les femmes enceinte.

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

Il est conseillé de voir avec un spécialiste avant toute prise de cette plante, afin d’éviter tout effet négatifs.

Absinthe chinoise armoise annuelle Artemisia annua bio utiliser pour, et les bienfaits sur la santé :
Tonique amer, fébrifuge, antipaludéen, antiparasitaire, cancers et la schistosomiase, constipation, l’insolation, le mal de tête, les vers, la fièvre, la malaria, saignements de nez.

Absinthe chinoise armoise annuelle Artemisia annua bio : Dosage, posologie
2 à 6 gélules par jours

Divers :L’absinthe armoise annuelle Artemisia annua bio est le symbole de la douleur, surtout celle de l’absence.

VERTUS DE L’ARMOISE CHINOISE CONTRE LE CANCER

[Total : 7    Moyenne : 2.1/5]

L’armoise annuelle Artemisia annua bio est une plante annuelle glabre pouvant atteindre un mètre de haut et 3 m en culture, ses tiges très ramifiées ; Les feuilles sont très divisées, de couleur vert clair, et l’odeur est très forte quand on les froisse entre les doigts et les capitules ont une longueur de 1 mm à 1,5 mm se positionnant en grappes lâches et terminant les branches. Originaire de Chine naturalisée en Europe.

Autre nom : « qinghao » en chinois

Les principes actifs de l’armoise annuelle Artemisia annua bio :

Les principes actifs contenus dans ses feuilles sont les alcools sesquiterpéniques, les lactones sesquiterpéniques et les acides sesquiterpéniques. Des flavonoïdes, des coumarines, des polyines, des stérols et des triterpènes y sont également présents. L’essence extraite de ses sommités fleuries renferment également des lactones sesquiterpéniques, dont l’artémisine bio, des thuyones, de l’hydroxycoumarine, des flavonolglycosides, des polyines, des coumarines, des tanins et de nombreux oligo-éléments tels que le calcium, le potassium, le zinc, le magnésium, le phosphore, le souffre et l’iode.

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer et anti paludisme naturel puissant

Les propriétés de l’armoise annuelle Artemisia annua bio :

L’usage médicinal, à la fois hérité des Médecines traditionnelles et complété par les données des recherches pharmacologiques, se résume à un immense service que ces deux plantes font à l’humanité non seulement pour le traitement du paludisme, mais aussi de plusieurs autres parasitoses tropicales. Il faut rajouter les études en cours sur leur intérêt dans d’autres maladies infectieuses, en cancérologie, et dans la tuberculose.

Partie utilisée : feuilles et tiges

Le mieux est que le patient prenne la dose élevée d’artemisia bio pendant 14 jours ; 5 g par jour sous forme de tisane ou, en cas de douleurs intestinales, sous forme de poudre avec du yaourt par exemple. Si aucune amélioration n’est constatée au bout de 14 jours, c’est-à-dire si le patient ne se sent pas mieux, il n’y aucun intérêt à continuer à prendre cette plante.

En cas paludisme : Bien que des résultats acceptables soient obtenus avec des cures sous forme de tisanes ou de gélules, à utiliser au moment des fièvres.

Bon à savoir :

les feuilles d’artemisia annua bio contiennent 20 composants avec un effet anti tumoral.

L’armoise annuelle Artemisia annua bio traitement du paludisme

[Total : 5    Moyenne : 3.4/5]

L’armoise annuelle bio, connue aussi sous le nom d’absinthe chinoise ou l’armoise annuelle bio est une plante originaire d’Asie utilisée traditionnellement dans le traitement de la malaria et contre les vers intestinaux. Le principe actif de l’armoise bio est l’artémisine.

Nom botanique

Artemisia annua

Noms usuels

Noms français : armoise annuelle bio, absinthe chinoise
Nom scientifique : Artemisia annua L.
Nom anglais : sweet wormwood, Chinese wormwood
Nom allemand : Einjährige Beifuß
Nom italien : artemisia annuale
Nom portugais : losna-verde, artemísia
Nom espagnol : ajenjo dulce
Nom chinois: qinghao (青蒿)

Principes actifs

Les principes actifs contenus dans l’artemisines sont les alcools sesquiterpéniques, les lactones sesquiterpéniques et les acides sesquiterpéniques. Des flavonoïdes, des coumarines, des polyines, des stérols et des triterpènes y sont également présents. L’essence extraite de ses sommités fleuries renferment également des lactones sesquiterpéniques, dont l’artémisine, des thuyones, de l’hydroxycoumarine, des flavonolglycosides, des polyines, des coumarines, des tanins et de nombreux oligo-éléments tels que le calcium, le potassium, le zinc, le magnésium, le phosphore, le souffre et l’iode.

Usage traditionnel

Les premières utilisations de l’armoise bio remontent à l’Antiquité. Cette plante herbacée, originaire des régions tempérées comme l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie, a été à l’époque associée à la femme et à ses problèmes de santé. C’est la raison pour laquelle on l’a baptisée Artémise, terme dérivé du nom de la déesse Artémis. Ses propriétés médicinales sont en effet similaires aux actions bénéfiques apportées par cette divinité grecque, comme la facilitation de l’accouchement, le soulagement des femmes ayant des règles douloureuses et la régularisation du cycle menstruel. En Orient, dans certains pays asiatiques comme la Chine, cette plante est utilisée en moxibustion pour apaiser les douleurs et cautériser les lésions. De nos jours, cette médication est surtout recommandée pour stimuler l’appétit, guérir les différentes affections touchant l’appareil respiratoire et l’appareil digestif, ainsi que pour favoriser la circulation veineuse.

L'armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer naturel puissant
L’armoise artemisia annua bio une plante médicinale anti cancer naturel puissant

Mode de préparation

Infusion : verser l’eau bouillante directement sur la plante et laisser infuser pendant 3 à 10 minutes, filtrer et boire.

Décoction : jeter la plante dans l’eau bouillante et maintenir à ébullition pendant 10 à 30 minutes, filtrer et boire.

Macération : laisser la plante en contact avec le solvant (l’eau le plus souvent, mais aussi le vin, l’alcool) pendant plusieurs heures afin que les principes actifs se dissolvent dans le liquide. Filtrer et utiliser.

Des gélules de feuilles séchées d’Artemisia annua, qui ont l’avantage d’être calibrés, dosés, et dont les taux d’Artémisinine et de Polyphénols peuvent être régulièrement contrôlés

Le dosage standard est de 5 gélules par jours, en traitement et de 3 gélules par jours en prévention.

Effets secondaires
Aucune étude clinique n’a rapporté d’effets secondaires notables liés à la consommation d’armoise annuelle biologique.

Usage contemporain
L’artémisine, le principe actif de l’armoise annuelle biologique, fait l’objet de nombreuses investigations scientifiques notamment comme antiviral et comme anticancéreux. En laboratoire, l’artémisine inhibe la réplication de nombreux virus dont ceux de l’herpès et d’epstein barr. L’artémisine est aussi capable de provoquer l’apoptose (le suicides) de plusieurs types de cellules cancéreuses notamment dans le cas du cancer de la prostate.

Médicaments dérivés de l’armoise annuelle bio 
Les médicaments dérivés de l’armoise biologique sont appelés artémisines . Ils montrent une très grande capacité d’inhibition de la reproduction du parasite responsable du paludisme (division par 10 pour le co-Artem) :

Les antipaludéens dérivés de l’armoise biologique sont toujours prescrits en combinaison avec des médicaments comme la méfloquine. Cette mesure est prise par précaution afin de réduire le risque d’apparition de résistance du parasite. Quelques cas de résistance à l’artémisine ont été rapportés au Cambodge.

L’artémisine : une plante anti paludéenne avec des propriétés anti-tumorales

[Total : 3    Moyenne : 3/5]

Déjà reconnue depuis plus de 2 000 ans par la médecine chinoise traditionnelle comme un remède puissant contre la fièvre et, depuis peu, contre la malaria, l’armoise annuelle Artemisia Annua bio, est une plante aromatique aux qualités médicinales sans équivoque.

Récemment des études visant à utiliser la plante pour combattre les cellules cancéreuses se sont avérées très surprenantes.

Est-ce un hasard si, à la charnière entre le 2° et le 3° Millénaire, on découvre que l’Armoise annuelle bio, et possiblement d’autres Armoises, possèdent des propriétés anticancéreuses.
Ainsi, la Dihydroartémisinine a, in vitro, une cytotoxicité sur les cellules d’un cancer du sein radio-résistant, qui est exacerbée en présence d’ion ferreux. Ces cellules cancéreuses préalablement incubée en présence d’Holotransferrine deviennent beaucoup plus sensibles à l’action des dérivés d’Artémisinine (SINGH, 2001).
Cette Dihydroartémisinine entrave aussi la prolifération de cellules leucémiques lymphoblastoïdes humaines (Molt 4), chez qui elle induisent l’apoptose, c’est-à-dire la mort cellulaire. Celle-ci est encore accentuée, si les cellules ont été enrichies en Holotransferrine (SINGH, 2004).
En fait, il a été découvert que l’Artémisinine et ses dérivés comportent un « pont endoperoxyde » qui est activé par le fer de l’hème du Plasmodium falciparum. D’une façon similaire, l’Artémisinine et ses dérivés vont cibler d’avantage les cellules cancéreuses dont beaucoup possèdent en surnombre des récepteurs à la transferrine à leur surface et une charge en ion ferreux plus importante (NAKASE, 2008).

La même expérience a été reproduite quelques années plus tard : l’Artémisinine inhibe la croissance et la viabilité de cellules cancéreuses, cette fois d’hépatocarcinome, et favorise leur apoptose ; action potentialisée par la combinaison à l’Holotransferrine (DENG, 2013).

En 2009, des chercheurs napolitains montraient que l’Artémisinine, in vitro, inhibe la croissance de plusieurs lignées cellulaires de mélanome, et leur viabilité ; mais surtout elle entrave leur capacité migratoire, en réduisant la métalloprotéine matricielle 2 (MMP 2) qui est une enzyme protéase impliquée dans le processus métastatique et dans l’angiogénèse (celle-ci est la capacité d’une tumeur à susciter la formation de néo-vaisseaux lors de sa progression tumorale) (BUOMMINO, 2009).

Plusieurs équipes de chercheurs chinois continuent d’étudier les propriétés pharmacologiques des plantes médicinales traditionnellement utilisées dans leur Pharmacopée, et en particulier leur « Armoise chinoise » (Artemisia annua).
Dans les années 2013-2015, ces chercheurs découvrirent qu’un extrait d’Artemisia annua contenant de la Dihydroartémisinine, in vivo chez la souris, inhibe la croissance de l’Ostéosarcome, une tumeur cancéreuse osseuse de mauvais pronostic. Il induit aussi l’apoptose des cellules cancéreuses, et freine l’aptitude de ces cellules à métastaser. Le mécanisme serait une inhibition de la Wnt/β-Caténine (LIU Y, 2013).
Ces mêmes propriétés anti-sarcomateuses ont été vérifiées sur des cultures cellulaires (TANG, 2015).

L'armoise bio une plante médicinale anti cancer naturel puissant
L’armoise bio une plante médicinale anti cancer naturel puissant

L’Artémisinine, la Dihydroartémisinine, et l’Artésunate ont, in vitro, une action anticancéreuse sur les cellules de cancer du poumon. Elles inhibent la prolifération et arrêtent le cycle cellulaire en phase G1 ; mais également elles inhibent la migration, l’invasion, et la transition épithélio-mésenchymateuse qui sont les étapes du processus métastatique (TONG, 2016).

Les Polyphénols d’une variété coréenne d’Artemisia annua inhibent aussi, in vitro, les cellules d’un cancer du sein hautement métastatique ; en empêchant leur adhésion à l’endothélium et la transition épithélio-mésenchymateuse (effraction tissulaire). Par ses polyphénols, l’Armoise annuelle bio entraverait le processus métastatique (KO, 2016).

La Dihydroartémisinine et l’Artésunate, in vitro, et in vivo en clinique humaine, exercent une synergie avec la Cytarabine, qui est un antinéoplasique utilisé dans la Leucémie myéloïde aiguë. Cependant l’administration pluriquotidienne d’Artésunate associée à la Cytarabine n’est pas bien tolérée. Il y a une amélioration initiale, mais la survie reste la même (DRENBERG, 2016).

L’Artémisinine inhibe la prolifération du glioblastome : à la fois in vitro sur culture cellulaire de glioblastome (C6) et in vivo chez l’animal. En effet, on savait que l’Artémisinine (et la Dihydroartémisinine) passe la barrière méningée, puisqu’elle guérit le neuropaludisme. Chez le rat chez qui un glioblastome (C6) a été greffé dans le cortex cérébral, l’administration intrapéritonéale d’Artémisinine à la posologie de 10mg/kg pendant 10 jours bloque la croissance tumorale. Sont mis en évidence à la fois une action pro-apoptotique passant par une activation de la Capsase-3 (une protéase qui est une enzyme-clé dans le clivage de plusieurs protéines impliquées dans le fonctionnement cellulaire) ; et en augmentant le « bax », une substance qui semble diminuer l’expression du bcl-2 (Le bcl-2 est un bloqueur de mort cellulaire programmé, dont la sur-expression est la cause de la perte du phénomène d’apoptose propre à la plupart des cellules tumorales). La diminution de l’expression du bcl-2 sous Artémisinine indiquerait qu’elle peut restaurer la capacité de mort cellulaire (CHEN, 2018).

Chez d’autres Armoises sont trouvées des propriétés anti-cancéreuses semblables. Ainsi, l’Arsantine, une lactone sesquiterpénique d’Artemisia santolina induit une différentiation cellulaire de la leucémie aiguë promyélocytaire humaine en granulocytes ; elle potentialise l’Acide Tout-trans-rétinoïque (ATRA) indiqué dans la même leucémie (KWEON, 2015).

L’Huile Essentielle d’Artemisia herba alba, l’Armoise Herbe blanche (qui pousse dans des steppes Moyen-Orientales et Iraniennes, en Espagne et au Maghreb), possède des propriétés cytotoxiques sur plusieurs types de cellules cancéreuses (TILAOUI, 2015).

Culture de Artemisia annua bio dans votre jardin jardin

[Total : 3    Moyenne : 4/5]

L’armoise annuelle Artemisia annua bio, plante traditionnelle de la médecine chinoise, bénéficie d’une forte notoriété depuis le prix Nobel de médecine 2015 décerné à Youyou Tu pour l’efficacité de son extrait contre le paludisme et le cancer. Désormais, on cherche activement où trouver la plante sèche. Ne cherchez plus: votre jardin est la meilleure des herboristeries !

Une star très vertueuse

Les premières utilisations de l’armoise bio remontent à l’Antiquité. Cette plante herbacée, originaire des régions tempérées comme l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie, a été à l’époque associée à la femme et à ses problèmes de santé. C’est la raison pour laquelle on l’a baptisée Artémise, terme dérivé du nom de la déesse Artémis. Ses propriétés médicinales sont en effet similaires aux actions bénéfiques apportées par cette divinité grecque, comme la facilitation de l’accouchement, le soulagement des femmes ayant des règles douloureuses et la régularisation du cycle menstruel. En Orient, dans certains pays asiatiques comme la Chine, cette plante est utilisée en moxibustion pour apaiser les douleurs et cautériser les lésions. De nos jours, cette médication est surtout recommandée pour stimuler l’appétit, guérir les différentes affections touchant l’appareil respiratoire et l’appareil digestif, ainsi que pour favoriser la circulation veineuse.

Il est vrai que cette armoise bio a de nombreuses propriétés.

UTILISATION INTERNE

  • Soulage les troubles digestifs : coliques, diarrhées chroniques, douleurs viscérales, sensations de distension, flatulences.
  • Stimule la sécrétion du suc gastrique, favorisant ainsi l’appétit.
  • Puissant vermifuge : élimine les vers intestinaux.

L'armoise bio une plante médicinale anti cancer naturel puissant
L’armoise bio une plante médicinale anti cancer naturel puissant

UTILISATION EXTERNE

  • Utilisée en friction, soulage les maux de ventre, les douleurs thoraciques et les contractions musculaires ressenties au niveau des membres inférieurs, après des efforts physiques intenses.
  • Traitement des phlébites et des varices : stimule la circulation sanguine (luttant contre les jambes lourdes).
  • En médecine traditionnelle chinoise, utilisation du bâtonnet d’armoise bio séchée en moxibustion pour soigner les différentes affections.
  • Calme les crises d’épilepsie, chasse les insectes nuisibles, par diffusion de son huile essentielle.

L’armoise annuelle Artemisia annua bio au jardin

La culture de l’Artemisia annua dans les jardins scolaires est déjà mise en place dans un cadre officiel dans plusieurs pays. C’est une est une solution naturelle, peu coûteuse et efficace pour lutter contre la malaria. Les gens ont appris à faire pousser cette plante annuelle, à la récolter, à la faire sécher, broyer et à la prendre sous forme de tisane en prévention contre la malaria. L’absentéisme des enfants et des enseignants a diminué, les frais médicaux ont chuté, avec un impact spectaculaire sur la santé mais également sur la qualité de l’éducation des enfants.

Démarrez l’armoise annuelle bio à partir de graines minuscules qui doivent être semées en surface. Préparez votre bac de plantation, arrosez votre terreau et tassez bien pour faire une surface plane. Mélangez les graines avec un peu de sable tamisé puis saupoudrez ce mélange en surface. Tassez bien à l’aide d’une d’une brique et ne recouvrez surtout pas de terre. Gardez humide jusqu’à germination. La plante commence à germer au bout d’une semaine environ.

Si la germination est drue, commencez à éclaircir rapidement à l’aide d’une pince à épiler. Ne laissez que les plantules les plus fortes. Gardez entre cinq et dix plantes selon vos ambitions au jardin, sachant que la plante deviendra énorme.

Gardez la plante en godet afin de la fortifier, puis placez-la en pleine terre et au soleil une fois que les racines commencent à sortir du godet.

Ne pas planter trop serré

La première fois que j’ai cultivé la plante, je me suis retrouvé avec une mini-forêt d’armoises bio . J’en avais trop planté. Aujourd’hui, j’en garde deux ou trois que j’espace d’un mètre. Plus la terre est pauvre, plus votre armoise bio sera riche en artémisine et autres substances aromatiques. N’arrosez que lorsque la plante commence à piquer du nez ; la faire «souffrir» un minimum favorise la production de constituants.

La plante est très rustique et ne craint pas grand-chose des insectes et des maladies. Elle peut monter à 2 mètres de haut. J’ai d’ailleurs vu des plants se faire déraciner par un fort coup de mistral. S’il y a un risque chez vous, n’oubliez pas de l’attacher à un tuteur.

Comme son nom l’indique, la plante est annuelle et produit une grande quantité de graines. Récupérez-les.

À savoir : elle se ressème très vigoureusement et est considérée comme envahissante.

Ramasse et séchage

Ramassez toutes les parties aériennes après l’ouverture des fleurs. Tout comme les feuilles, elles contiennent de l’artémisine.

La quantité est plus élevée dans les vieilles feuilles, y compris les défraîchies. Branches et racines sont à composter. Notez que les préparations à partir de plante fraîche sont plus efficaces. Si vous désirez la sécher, mettez-la trois jours en plein soleil. Même lorsqu’elle est coupée, les précurseurs de l’artémisine continuent à être transformés en artémisine grâce au soleil. Déplacez-la ensuite à l’ombre pour finir le séchage si nécessaire.

À l’atelier : infusion au lait de coco

Traditionnellement, on utilise l’armoise annuelle Artemisia annua bio en tisane. Toutefois, pour une meilleure extraction des principes actifs, on aura recours à l’alcool (c’est-à-dire une teinture), mais aussi à des solutions grasses.

L’artémisinine en particulier est liposoluble. C’est pourquoi je vous propose de faire infuser la plante dans une solution contenant des lipides. Et quoi de mieux que le lait de coco pour faire une telle préparation! Il va permettre d’extraire 80 % de l’artémisine alors que l’eau n’en extrait que 25 %.

1. Placer une grosse pincée de sommités fleuries d’armoise annuelle bio, si possible fraîche, sinon récemment séchée, au fond d’une tasse à thé.

2. Faire frémir 200 ml de lait de coco dans une casserole. Si votre budget ne vous permet pas d’utiliser le lait de coco et si vous consommez des laitages, vous pouvez utiliser du lait entier bio.

3. Verser le lait sur la plante • dans la tasse. Couvrir immédiatement. Laisser infuser 4 heures: une macération longue est nécessaire pour une extraction optimale.

4. Passer au travers d’une passoire puis • récupérer la plante et l’écraser dans la main afin de l’essorer dans la tasse.
Posologie

Pour le paludisme (ou malaria), Stephen Buhner, phytothérapeute américain spécialiste des plantes à action antibiotique, recommande 100 g de plante pour 1 litre de lait à boire dans le courant de la journée. À faire pendant une semaine, suivi de deux semaines de pause, puis une nouvelle semaine de prise.

Autres préparations à base d’armoise annuelle Artemisia annua bio

Teinture de plante fraîche, 200 mi d’alcool pur (à 90°) pour 100 g de plante fraîche coupée finement. Laisser macérer deux semaines et filtrer. Pour la malaria : 1 cuillère à soupe deux fois par jour pendant une semaine, puis deux semaines de pause et une semaine de prise.
Jus de plante fraîche (passée à l’extracteur de jus): une cuillère à soupe de jus par jour, puis deux semaines de pause et une semaine de prise. Le jus peut être conservé avec de l’alcool pur ajouté à raison de 20 % de la solution.